Quelques niveaux de pratique intégrés dans une posture


L'enchaînement FORME : Ce Style Yang Moderne, est un enchaînement long de 124 postures.

 

Chaque posture est une forme à part entière, qui répond à des critères particuliers.

 

Un lien jambes, hanches, colonne vertébrale, bras, tête est créé, chaque posture est différente de par sa construction.

 

Ces liens sont maintenus en permanence.

 

L'étirement des muscles et des tendons, permet par la détente de percevoir ces liens au niveau du squelette.


Ces liens ne se perdent pas d'une posture à l'autre.

 

Correctement réalisée, la répétition de l’enchaînement procure légèreté, énergie, fluidité, concentration et enracinement. Elle donne peu à peu accès à la compréhension de ce que peut être l'état de méditation.

 

 

Chaque forme Yin est construite de façon à favoriser la montée du diaphragme sur " l'inspire " par un étirement physiologique approprié. Chaque forme Yang, par un étirement opposé, libère le diaphragme qui peut alors descendre sur " l'expire ".

 

L'alternance de formes Yin et de formes Yang, la transformation progressive de l'une à l'autre, activent successivement les canaux antérieurs et postérieurs.

 

La concentration, la détente musculaire, l'étirement de la colonne vertébrale ouvrent le canal central, l'alternance inspiration/expiration, pieds connectés à la terre, reliés aux mains en appui dans l'air, la tête soutenant le ciel, constituent un tout qui fonctionne naturellement, en harmonie.

 

Mais attention !


Les débuts dans la pratique de ce style de Tai Chi Chuan, ne sont pas toujours synonymes de détente, de relaxation. Loin d’être de simples exercices de relaxation, la recherche d’étirements sollicite le pratiquant.

Ces étirements, mettent jour après jour les élèves face à leurs tensions, à leurs raideurs, à leurs blocages, les mettent en difficulté, face à eux-mêmes, à leurs émotions.
Ces étirements évitent le tassement des articulations et leur usure prématurée, les disques intervertébraux en particulier.
La colonne vertébrale est un véritable pilier pour le corps. De nombreuses informations, passent par les espaces intervertébraux (sang, nerfs, influx nerveux, infos chimiques, immunitaires, etc.), plus ils sont maintenus ouverts, mieux ils se régénèrent et plus libre est le passage d’informations.

Et que dire de l’ouverture du canal central ?
Nombre d’ouvrages en traitent, et nombreux sont les spécialistes de médecine traditionnelle chinoise, laissons les donc en parler.

Ne vous laissez pas séduire !
Un regard non avisé, verrait davantage un art externe dans cette chorégraphie plutôt rigide, s'il la comparait aux différentes pratiques qui recherchent en priorité détente et pacification.
En effet, la plupart des styles internes, sont rapidement beaucoup plus esthétiques, fluides, et séduisants.
Le Style Yang, que j'ai pratiqué durant plus de 20 ans, enseigné par Me YANG, et retransmis par Me CHU, développe la compréhension du souffle interne.
A un haut niveau, il est utilisé dans les techniques martiales.

Bruce LEE grand expert, a pratiqué à Hong Kong le Tai Chi Chuan, dans l'école de Me YANG Sau Chung. Il conseillait à ses élèves de pratiquer son style de Kung Fu, comme en nageant dans l'eau.
(Bruce LEE : TAO du JEET KUNE DO Editions BUDOSTORE)

Vous êtes les pieds sur terre, tout votre corps dans l’air.
Pratiquez comme pour nager dans l’air, et restez bien enracinés.

Les différents niveaux de compréhension qui sont enseignés, sont autant de partitions
qui doivent être répétées, comprises et intégrées.
Chaque niveau ne s'ajoute pas au précédent, mais le bonifie de telle sorte qu'il constitue une nouvelle étape. Les progrès et la compréhension des principes internes dépendent de cette intégration graduelle.
Leur répétition est fondamentale. De tous les secrets qui prétendent engendrer des "supermen" de l'énergie, des hauts gradés de la spiritualité, la répétition est un trésor. En bon artisan du Tai Chi Chuan, repassez mille milliards de fois sur le métier votre ouvrage, bonifiez-le sans cesse.

 

Jean-François BILLEY